PREVENTION & DESINTOXICATION DES DROGUES

 

Accueil - Ndls
 

Accueil

Infos sur les drogues

Prévention drogues

Nos conférences

Désintoxication

Programme Narconon

Histoire de Narconon

Lettres de succès

Nous contacter

Vous voulez aider ?

Possibilités d'avenir

 
Liens Utiles

www.narconon.org


 

Que faire si votre enfant se drogue

 

1. Restez calme.

Tout d'abord restez calme. Inutile de blâmer, d'injurier ou de chasser l'enfant. Au contraire : vous êtes peut-être la seule personne capable de le sauver. Ne vous considérez pas non plus comme responsable de son état. Un jeune est responsable de ses propres actes et c'est la clé qui lui permettra d'arrêter la drogue.

Vous penserez peut-être que vous auriez pu être un meilleur parent, mais la honte et les regrets n'aideront pas votre enfant à s'en sortir. Il a besoin de votre aide et de votre soutien.

Observez le comportement de votre enfant
" La drogue démotive complètement. J'étais sportif d'élite, on croyait en moi sur le plan européen. J'ai tout arrêté à cause de la dope. À part m'éclater dans des soirées techno, je ne m'intéressais plus à rien. J'étais devenu hyper sûr de moi et très agressif. Je ne mangeais et ne dormais presque plus. Si vous observez ce genre de changements chez votre gamin, aidez-le. Vite. " Julien, ex-toxicomane 1

Pour parvenir vous, ses parents, à sauver votre enfant de la drogue, vous devez adopter une attitude commune. Travaillez ensemble et vous arriverez à le sortir du piège.

Comprenez ce qui a poussé votre enfant à se droguer Ceux qui commencent à se droguer le font tous pour des raisons différentes.

2. Les parents doivent être d'accord entre eux

Découvrir que son enfant se drogue provoque souvent de la tension et des disputes au sein du couple.

Une mère bouleversée peut se laisser émouvoir par son enfant et lui donner par exemple de l'argent pour qu'il s'achète une dose s'il est en manque. Sous l'effet de la colère, le père peut menacer de " serrer la vis " et d'employer la force pour le sortir de la drogue. Aucune de ces solutions n'est bonne. Faire face à la toxicomanie demande de la compassion et du courage. Les parents vivent des moments difficiles et traversent souvent des situations douloureuses. Mais se mentir à soi-même sur la gravité du problème, ou essayer de l'ignorer, ne fait qu'empêcher de le résoudre.

Pour parvenir vous, ses parents, à sauver votre enfant de la drogue, vous devez adopter une attitude commune. travaillez ensemble et vous arriverez à le sortir du piège.

Offrir des expériences à ses enfants

Tous les enfants ont besoin de bouger, d'être actif, de participer, de créer. Prévoyez le plus souvent possible des activités physiques riches d'expérience : moments de plaisir, jeux, sports. Lorsqu'un jeune éprouve assez de plaisir, il ne songe pas à prendre de la drogue.

3. Comprenez ce qui a poussé votre enfant à se droguer

 Vous devez connaître quelques-unes des raisons possibles pour lesquelles votre enfant s'adonne aux stupéfiants :

  • Éviter la douleur physique ou morale ;
  • Soulager la douleur ou l'inconfort liés à une maladie physique non diagnostiquée ;
  • Résoudre un mal-être : manque de confiance en soi, échec, déception amoureuse, sentiment de ne rien valoir, de pas d'avenir, etc. (c'est particulièrement le cas si votre enfant est piégé ou en situation d'échec dans un système scolaire médiocre) ;
  • Faire comme les autres, être dans le coup, imiter des stars et des modèles ;
  • Braver l'interdit et la morale qui paraissent s'opposer à l'épanouissement de l'individu et de son groupe social ;
  • Espérer vainement qu'en " planant ", tout ira mieux.

Chaque toxicomane a suivi un parcours qui l'a conduit à la drogue pour des raisons personnelles.

 L'auteur et humaniste Ron Hubbard a entrepris des recherches sur le problème de la drogue dès 1960, et a développé des solutions pour permettre à quelqu'un de se libérer des effets spirituels et physiques des drogues.

Ron Hubbard explique en ces termes les causes sous-jacentes de la toxicomanie :

" Si une personne est déprimée, ou qu'elle souffre, et si elle ne trouve aucun soulagement dans son traitement, elle va finir par découvrir que la drogue fait disparaître ses symptômes. Dans pratiquement tous les cas de douleurs, de malaises ou d'inconforts psychosomatiques, la personne a recherché un remède à son mal. Quand elle constate finalement que seules les drogues la soulagent, elle s'y abandonne pour en devenir ensuite dépendante, souvent jusqu'à la toxicomanie. "

La drogue est perçue comme la solution à un problème personnel douloureux et l'individu ne voit aucune autre alternative. Un enfant se drogue pour les mêmes raisons.

4. Faites sentir à votre enfant qu'il peut vous parler avec confiance

Les enfants sont des individus à part entière. Comme les adultes, ils ressentent des choses, souffrent, ont des envies. L'idéal est donc d'instaurer très tôt un climat de confiance. Écoutez ce que vos enfants vous disent et encouragez-les à communiquer.

Soyez l'ami de votre enfant. Essayez de trouver quel est son problème, et sans réduire à néant ses propres solutions, essayez de l'aider.

Communiquer, encore et toujours
On ne le dira jamais assez : la communication est la clé universelle. D'ailleurs, les familles qui parlent ouvertement de la drogue sont celles dont les enfants en consomment le moins.

Ecoutez votre enfant vous parler de sa vie, partagez ses joies et ses peines. En cas de consommation de drogue, tentez, en douceur mais fermement, de lui faire admettre sa dépendance. S'il accepte de vous raconter son problème, tant mieux. Votre enfant peut ne pas vouloir admettre qu'il prend de la drogue et cette discussion risque d'être un peu houleuse. Attendez-vous à ce qu'il :

  • Vous critique
  • Refuse de vous parler
  • Veuille s'en aller ; 5 Se sente épuisé, groggy (près de s'effondrer), vaseux
  • Exige que vous répariez les torts que vous lui avez causés

Réalisez qu'il s'agit là de réactions normales et continuez à communiquer. La communication est le solvant universel. Lorsqu'il aura admis qu'il consomme de la drogue, tout ira mieux entre vous.

Inutile de forcer un ado à arrêter la drogue. À nous de lui faire comprendre. À lui de décider. Sinon, il retombera. Discutez avec votre gamin pour lui montrer qu'il perd tout : ses parents, sa famille, son avenir. Montrez-lui qu'il vit un enfer et vous aussi. Mais ne vous énervez pas. Donnez-lui des informations fiables sur la drogue.

"Il a fallu que je réalise que je foutais la merde autour de moi et que je détruisais mes parents pour que je décide d'arrêter."

5. Ne donnez pas tort à l'enfant et ne le grondez pas

Inutile d'exiger que le jeune arrête de se droguer et inutile de se fâcher contre lui.

Il s'agit plutôt de saisir ce qui l'a amené à cela.

Submerger le jeune en le forçant à admettre qu'il ou elle a tort de prendre de la drogue ne fera qu'empirer le problème et le dressera contre vous.

Initier à la drogue : un délit
D'ordinaire, on enseigne de ne pas tuer et de ne pas voler. Deux points devraient s'ajouter à l'éducation de base :
  1. Ne pas consommer de drogue ;
  2. Ne pas proposer de drogues à d'autres jeunes.

Trop souvent, des ados " initient " des plus jeunes qu'eux. Même s'ils prétendent ignorer la gravité de leur acte, c'est un délit punissable par la loi. " Quand j'ai réalisé que j'avais poussé des mômes à se droguer, je me suis senti moins que rien ", avoue Étienne, ex-dealer.

 

Attention à l'ecstasy au jardin public

De très jeunes enfants découvrent parfois des bonbons dans les jardins publics. Il s'agit en fait de pilules d'ecstasy décorées afin de les attirer, " oubliées " par des dealers. Continuez donc à inculquer à vos enfants de ne pas goûter à des bonbons trouvés, ni d'accepter des " sucreries " de la part d'inconnus.